50 nuances, vraiment?

Publié le par Gabrielle Boivin

14 février: c’est la St-Valentin! C’est la fête de l’amour, des couples! On se dit qu’on s’aime, on se donne des becs. C’est la journée des coeurs en chocolat, des roses, et de… 50 Shades of Grey?

On remplace les toutous poilus par des menottes poilues?

Je suis consciente que sortir ce film la fin de semaine de la St-Valentin est un bon coup de marketing, mais est-ce vraiment le message qu’on veut transmettre durant la fête de l’amour?

Je dois vous avouer que je n’ai lu que quelques pages du premier tome de la série, c’était amplement pour me faire une idée, et je n’irai certainement pas voir le film.

Enseignante au secondaire, je me questionne sérieusement sur ce que vont retenir ces jeunes adolescents, le public cible, qui seront allés voir ces images. Ces jeunes ne connaissent probablement pas encore l’amour, le vrai, ni les obligations que peut entrainer un couple. Ils ne connaissent pas tous l’intimité, la sexualité. Ils ne connaissent pas la vie.

Je suis déjà très inquiète que certaines de leurs connaissances de base viennent de l’internet, alors faut-il en rajouter? Faut-il vraiment montrer à l’écran qu’une femme doit être soumise si elle ne veut pas perdre son amoureux? Qu’elle doit se plier aux plus sordides sévices sexuels pour satisfaire les besoins de monsieur? Qu’elle doit lui obéir, ne jamais dire non?

La jeune femme mise en scène n’est rien d’autre qu’une esclave sexuelle. N’est-il pas alarmant de savoir que plusieurs ados fêteront leur St-Valentin avec ce genre de trame sonore?

Voyant la folie médiatique entourant ce film, je ne peux m’empêcher de penser à tous ces jeunes adolescents qui sont influençables et tellement vulnérables, qui apprennent encore à se connaitre. Qui tracent tranquillement la limite entre le bien et le mal. Les valeurs véhiculées dans cette histoire ne devraient pas se retrouver au grand écran.

En 2015, est-ce que ça passe encore d’aduler un Christian Grey, violent et manipulateur?

J’ai bien peur que les jeunes garçons ne croient qu’ils auront le pouvoir dans leur couple.

J’ai bien peur que les jeunes femmes retiennent qu’elles devront se taire et subir.

Commenter cet article