Miroir miroir

Publié le

Elle est petite, maigre, mais elle ne s’en rend pas compte. Ses amis lui disent, font des remarques. Pour elle, tout est normal.

Adolescente, les changements surviennent. Son corps change, elle prend des formes, des formes bien à elle. Elle se rendra vite compte qu’on ne prend pas les formes qu’on veut, ni celles qu’on nous dit de prendre.

Elle ne sait pas qu’elle est unique et belle grâce à ces formes.

Elle devient une jeune femme, c’est tout. Elle n’est pas grosse, elle n’est pas maigre, elle est en santé.

Encore des remarques.

Elle sait qu’elle est différente, elle le voit chaque jour. L’image qu’elle a n’est pas celle qu’elle souhaiterait voir dans le miroir. Pourtant, elle n’est pas grosse. Mais elle n’est pas maigre.

Pourquoi suis-je si différente?

Différente de qui? De tout le monde? C’est qui tout le monde? Elle le sait, être en santé, c’est pu à la mode.

Dans les magasins, elle se trouve grosse parce que le look recherché ne fait pas le même effet sur elle que sur le mannequin squelettique dans la vitrine.

Pourquoi mettre un squelette dans une vitrine? Comme si ça allait attirer des clients. C’est laid un squelette, c’est pas en santé. C’est mort.

Elle dit à la vendeuse qu’elle a changé d’idée, honteuse de ne pas entrer dans la taille de pantalon choisie.

À la télé, c’est de la fiction même quand c’est la vraie vie.

Gros seins, p’tit cul, gros seins, p’tit cul.

Est-ce que c’est ça la vie? C’est pas du vrai monde ça. C’est ce qu’on veut projeter. Le lavage de cerveau qu’on subit fait qu’on trouve ça beau à la fin. On se dit que tout le monde veut ça et que c’est ce à quoi on voudrait ressembler.

Je voudrais tellement être belle comme elle, elle en a de la chance.

Pas vraiment.

Son look chirurgie plastique parait attrayant, mais c’est de la fiction. Est-ce qu’on veut vraiment tous être pareils à ça? Ils ont tous l’air des robots, programmés pour penser pareil.

Dans sa maison, tout tourne autour de l'apparence physique. Ses parents sont au régime et calculent les calories dans leur assiette.

Pourtant, ils ne sont pas gros, pense-t-elle.

Ils disent que c’est pour être mieux dans leur peau. Ils lui disent qu’elle aussi devrait essayer de perdre son poids en trop et qu’elle se sentirait beaucoup mieux.

Pourquoi fait-on toujours des remarques sur le poids des gens?

Est-ce que c’est ça qui me définit?

À l’école, je suis une des plus minces de ma classe. Comment ils font les autres pour être bien alors?

Est-ce que je suis bien moi?

Peut-être que je serais mieux si je faisais comme mes parents. J’ai douze ans et je veux être bien. Je pourrais bouger plus, manger moins. Je pourrais suivre le régime de mes parents. Le midi, il serait plus facile pour moi de faire des devoirs, comme ça j’oublierais ma faim. J’ai une amie qui a des pilules qui coupent l’appétit. Je pourrais en prendre moi aussi, quelques-unes par jour.

Ça m’aiderait.

J’ai un but.

Je veux être belle comme la madame dans la télé.

Comme la fille sur ma revue.

Je veux danser comme la chanteuse dans mon vidéo-clip préféré.

Moi aussi je veux être bien dans ma peau et je veux être comme les autres.

En fait, ce sont ces autres-là qui ne sont pas normaux, c’est eux la minorité. On fait quoi avec les autres, avec celles qui ne rentrent pas dans le moule?

Ce qu’elle ne réalise pas, c’est qu’elle est unique et belle grâce à ces formes. Ce sont ces parfaites imperfections qui font d’elle une adolescente pleine de vie et qui feront d’elle un jour une femme désirable.

Cette petite, elle aura vu du faux toute sa vie en pensant voir du vrai, le vrai modèle.

C’est dommage.

Elle sera complexée toute sa vie.

À quand les couvertures de magazines dévoilant de vraies femmes et de vrais modèles pour ces jeunes filles?

À quand la vraie vie et la santé mises en première page?

Où sont passés nos critères de beauté?

Cette petite fille, elle est belle, mais elle ne le saura jamais. Ils lui ont gâché la vie.

Commenter cet article

Karine 06/04/2014 04:12

Salut ma belle Gab!
C'est le premier article écrit de ta main (façon de parler, ha! l'ère numérique) que j'ai la chance de lire et je suis impressionnée! Ton message est clair et ton style est provocateur, mais sage, et il pousse à la réflexion... oui, c'est à cet âge que se forme les complexes et j'espère que tes étudiantes en prendront de la graine! Félicitation, tu accomplis quelque chose de formidable avec ce blog! xxx